Olivier GALLAND

Grade : Directeur de Recherche CNRS


Bureau:
-
Timbre:
J350
Lieu:
(MK1)
Labo:
LSQ

Téléphone : -

Mail : ogalland[arrowbase]msh-paris.fr

ResearchEducationJobsBooksJournal articlesWork in progress

Research Interests

[haut]

 Voir ma page personnelle : http://www.gemass.fr/spip.php?article32

téléphone: 01 49 54 21 58

Mail : ogalland@msh-paris.fr

  • Sociologie de la jeunesse, sociologie des âges de la vie et des générations
  • Sociologie des valeurs
  • Sociologie des inégalités

 

 


Biography

Education

[haut]
  • Maîtrise de sciences de gestion, Université Paris 9 Dauphine, 1973
  • Doctorat de troisième cycle en économie publique et gestion des activités non marchandes, Université Paris 9 Dauphine, 1981
  • Habilitation à diriger des recherches en sociologie, Institut d'études politiques de Paris, 1997

Jobs

[haut]
  • Né le 8 décembre 1951, marié, 3 enfants
  • Directeur du GEMASS
  • Directeur de recherche au CNRS
  • Habilité à diriger des recherches en sociologie
  • Co-directeur de la Revue Française de sociologie
  • Président du comité scientifique de l'Observatoire de la vie étudiante
  • page personnelle : http://www.gemass.fr/spip.php?article32


Publications

Books

[haut]
  • O. Galland, 1984, Les jeunes, Paris, Éditions La Découverte, collection Repères, n° 27 (rééditions en 1990, 1993, 1996, 1999, 2002, 2009)
  • 1991, Sociologie de la jeunesse. L'entrée dans la vie, Paris, Armand Colin, collection U, série «Sociologie»
  • 1997 réédition revue et refondue
  • 2001 réédition réactualisée
  • 2007 réédition revue et refondue
  • A. Cavalli et O. Galland (sous la direction de), 1993, L'allongement de la jeunesse, Arles, Éditions Actes-Sud      traduction anglaise, Youth in Europe, Londres, New-York, Pinter, 1995
  • O. Galland et Y. Lemel, (sous la dir. de), 1998, La nouvelle société française, Paris, A. Colin, collection Sociologie
  • O. Galland et B. Roudet, (sous la dir. de), 2001, Les valeurs des jeunes, Paris, L’Harmattan, collection Débats-jeunesse
  • O. Galland (avec F. Dubet et E. Deschavanne, dir.), 2004, Les jeunes, Comprendre, n° 5
  • O. Galland et B. Roudet (sous la dir. De), 2005, Les Européens et leurs valeurs. Europe occidentales, Europe centrale et orientale, La Découverte, collection Recherches
  • O. Galland et Y. Lemel (sous la dir. de), 2006, Sociologie des valeurs : théories et mesures appliquées au cas européen, numéro spécial de la Revue française de sociologie, 47-4
  • O. Galland, 2007, Boundlesss Youth. Studies in the Transitions to Adulthood, The Bardwell Press, Oxford
  • O. Galland et Y. Lemel, 2007, Valeurs et cultures en Europe, Editions la Découverte, coll. Repères (traduction italienne en cours chez Il Mulino)
  • O. Galland, 2008, "Les jeunes et la société : des visions contrastées de l'avenir", Les jeunesses face à leur avenir, une enquête internationale, A. Stellinger (dir.), Fondation pour l'innovation politique, p. 25-53
  • O. Galland, A. Cavalli, V. Cicchelli (sous la dir. de), 2008, Deux pays, deux jeunesses ? La condition juvénile en France et en Italie, Presses universtaires de Rennes
  • O. Galland, 2009, "Valeurs des jeunes : une spécificité française en Europe ?" Dans Regard sur les jeunes en France, Bernard Roudet (ed.), INRS, INJEP, PUL, p. 181-201
  • O. Galland, 2009, Les jeunes Français ont-ils raison d'avoir peur ?, Armand Colin
  • O. Galland, avec Louis Gruel et Guillaume Houzel (eds), 2009, Les étudiants en France. Histoire et sociologie d'une nouvelle jeunesse, Presses universitaires de Rennes.

Journal articles

[haut]
  •  O. Galland, 1984, "Précarité et entrées dans la vie", Revue française de Sociologie, XXV-1, p. 49-66.
  • O. Galland, 1985, "Formes et transformations de l'entrée dans la vie adulte", Sociologie du Travail, n° 1, p. 32-52.
  • O. Galland et P. Garrigues, 1989, "La vie quotidienne des jeunes du lycée au mariage", Économie et Statistique, n° 223, juillet-août, p. 15-23.
  • O. Galland, 1990, "Un nouvel âge de la vie", Revue française de Sociologie, XXXI-4, p. 529-550.
  • 1995, "Une entrée de plus en plus tardive dans la vie adulte", Économie et Statistique, n° 283-284, juillet-août, p.33-52.
  • O. Galland et Y. Lemel, 1995, "La permanence des différences : une comparaison des systèmes de valeurs entre pays européens", Futuribles, n° 200, juillet-août, p. 113-130.
  • O. Galland, 1997, « Leaving home and Family Relations in France », Journal of Family Issues, vol 18, n° 6, nov., p. 645-670.
  • O. Galland, 1997, "Parler en famille : les échanges entre parents et enfants", Économie et Statistique, n° 304-305, 4/5, p. 163-177.
  • O. Galland, 1997, "Chômage et relations entre générations", Économie et Statistique, n° 304-305, 4/5, 179-189.
  • O. Galland et D. Rouault, 1998, Devenir cadre dès trente ans : une approche longitudinale de la mobilité sociale, Economie et Statistique, 316-317, 6/7, p. 97-107
  • O. Galland, 2000, Entrer dans la vie adulte : des étapes toujours plus tardives, mais resserrées, Economie et statistique, n° 337-338, p. 13-36.
  • O. Galland, 2001, Adolescence, post-adolescence, jeunesse : retour sur quelques interprétations, Revue Française de Sociologie, 42, 4, p. 611-640
  • O. Galland, 2002, « Les dimensions de la confiance », in Futuribles, numéro spécial Les valeurs des Européens, juillet-août 2002, n° 227, p. 15-39.
  • O. Galland, 2003, « Individualisation des mœurs et choix culturels », Les publics de la culture. Politiques publiques et équipements culturels, O. Donnat et P. Tolila (dirs), Presses de Sciences-po, p. 87-100.
  • O. Galland, 2004, « Le prénom : un objet durkheimien ? », Revue européenne des sciences sociales, tome XLII, n° 129, La Sociologie durkheimienne : tradition et actualité, à Philippe Besnard in memoriam, p. 129-134
  • O. Galland, 2005, « Les jeunes Européens sont-ils individualistes ? », in Les valeurs des jeunes Européens, Galland, Roudet (dir), Editions la Découverte
  • O. Galland, 2006, "Jeunes : les stigmatisations de l'apparence", Economie et statistique, n° 393-394, p. 13-25
  • O. Galland et Y. Lemel, 2006, "Tradition et modernité : un clivage persistant des sociétés européennes", Revue française de sociologie, n° 4, p. 687-724
  • O. Galland et al., 2007, "Le rivolte francesi del novembre 2005. Gestione politico-amministrativa e forme di partcipzione", Rassegna Italiana di Sociologica, n° 2, p. 291-313
  • O. Galland et Y. Lemel, 2008, "Tradition vs Modernity : The Continuing Dichotomy fo Values in European Society", Revue française de sociologie, 49, Annual English Selection
  • O. Galland, 2008, "Une nouvelle adolescence", Note critique, Revue française de sociologie, 49-4, p. 819-826
  • O. Galland, 2010, (sous la dir. de), Nouvelles adolescences, Ethnologie française, 1, janvier
  • O. Galland, 2010, "Introduction : une nouvelle classe d'âge ?", Ethnologie française, 1, janvier, p. 5-10


 



Work in progress

[haut]
  •  Une enquête sur la perception des inégalités et les sentiments de justice
L’Académie des sciences morales et politique a confié au GEMAS la réalisation d’une enquête sur la perception des inégalités et les sentiments de justice, pilotée par Olivier Galland et MIchel Forsé (CMH). L’enquête a essentiellement un double objectif :
 
1)      De mesurer la façon dont les Français perçoivent les inégalités sur différents registres (inégalités de revenu, inégalités face à l’emploi et aux études, inégalités d’accès à un certain nombre de ressources, inégalités entre différentes catégories de Français). Il semble que la perception subjective des inégalités ne corresponde pas forcément à sa mesure objective, telle qu’elle est faite en tout cas par les indicateurs habituels. On pourra voir de façon plus précise dans quels domaines et pour quelles catégories cette distance est la plus marquée. Cette discordance éventuelle est elle-même un fait sociologique important qu'on tentera de mieux comprendre.
2)      De mieux comprendre les mécanismes qui font que certains types d’inégalité ou certaines situations inégalitaires sont mieux acceptées que d’autres et d’essayer d’identifier les principes qui sous-tendent ces jugements. Il s’agira de voir notamment comment le mérite peut entrer en ligne de compte. Les théories de la justice proposent un cadre interprétatif qu’on essaiera de tester à travers des questions-scénarios (par exemple le principe Rawlsien du maximin : les inégalités ne se justifient que si elles permettent une amélioration du sort des plus défavorisés).
 
L’enquête se déroulera en deux phases :
 
1)      Une phase quantitative reposant sur la passation d’un questionnaire fermé auprès d’un échantillon représentatif de 1500 individus (réalisée au printemps prochain).
2)      Une phase qualitative : 50 entretiens qui permettront d’enrichir l’interprétation des résultats de la phase quantitative.

 

 

  • Un ouvrage de Sociologie des inégalités (Armand Colin, coll. U sociologie) (avec Y. Lemel) : 
    Ce livre vise à proposer au lecteur à la fois un état des débats contemporains sur les inégalités dans les sociétés occidentales – leur définition, leur mesure et leur évolution – et un bilan des connaissances sociologiques, tant d’un point de vue théorique, qu’empirique et comparatif. Il est destiné à un public d’étudiants et de chercheurs et plus largement aux lecteurs intéressés à ces questions.
    La démarche du livre reprendra les approches historiques de la question des inégalités pour pointer au fur et à mesure leurs limites et les dépassements nécessaires. Une ligne interprétative part de la reconnaissance du caractère naturel des inégalités, et une autre postule la position en nature de l'égalité entre les hommes. Y a-t-il, au-delà des variantes possibles, une vulgate sociologique sur le thème ? Quelles sont les clefs d'expertise et de compréhension sur lesquelles les sociologues, même pour tirer des conclusions différentes, se sont accordés ? Cette "vulgate" est-elle aujourd'hui remise en cause par les nouvelles inégalités, et la sociologie est-elle donc appelée à des révisions fondamentales, ou doit-elle simplement faire évoluer son cadre interprétatif ? Telle serait la ligne directrice du livre.
     
     

 


"Le centre de la Recherche en Économie et Statistique ne peut être tenu responsable pénalement des infractions aux lois que pourrait contenir cette page personnelle qui est sous la responsabilité de son auteur."